La conversation était on ne peut plus habituelle. Chaque mois son père l’appelait pour s’assurer de sa survie… Mais ils n’avaient pas vraiment grand-chose à se dire.

S’adossant à un mur, il s’amusait à enrouler une des mèches de sa frange autour de son doigt.

-Ce que je veux pour Noël ? Tu le sais très bien, annonça-t-il d’une voix un brin agacé.

Le reste de la conversation sembla plus à son gout puisque bientôt la moue qui pinçait ses belles lèvres s’effaça pour laisser place à un sourire en coin ironique.

Son père n’arrivait pas à lui résister, c’était bien simple !

Certes, il avait bien des raisons de lui céder et il n’avait pas de scrupule à les mettre en avant.

-Merci Papa, franchement t’es génial !

Tartiner une large couche de failloterie pour qu’il n’ait pas mauvaise conscience.

Même si en réalité, il était vraiment heureux.

S’avançant dans le petit salon, il s’approcha d’une étagère et en sortit un cadre photo qu’il contempla tout en écoutant son géniteur parler.

Il adressa un sourire chaleureux au petit garçon roux qui enlaçait les épaules d’une petite fille aux cheveux noirs pleins de frisettes puis plongea son regard à travers la baie vitrée, sur le ciel couvert de gris.

Ses lèvres esquissèrent des mots silencieux.

***

Sa proie se trouvait devant elle.

Elle avança doucement pour ne faire aucun bruit, se frayant un passage jusqu’à elle en silence. Elle leva légèrement les bras, les index pointés : elle était à deux pas… Il lui restait l’impulsion finale et…

« KYAAAAAAAA !!!!! »

Asuka glapit en faisant un bond lorsque les index d’Arisa s’enfoncèrent par surprise dans ses hanches. Elle se retourna presque d’un seul geste, furibonde :

-ARISA !!!

-Oui je sais, moi aussi je t’aime ! Ricana la blonde. Même si je peux pas rester, j’ai cours. Je t’ai vu alors j’ai pas pût résister !

Asuka pinça des lèvres à cette raison des plus discutables.

Elles se trouvaient toutes les deux au lycée, ayant dû se résoudre à laisser les vacances de noël derrière elles. Et Arisa se montrait plus terrible que jamais… Peut-être trop d’ailleurs. A ses yeux, ainsi qu’à ceux de Naru, il y avait anguille sous roche. 

Une Arisa au naturelle n’était surement pas aussi énergique. Ca cachait quelque chose.

Et puis se concentrer sur une Arisa l’aidait à surmonter sa déprime survenu au milieu des vacances et qui avait pour cause une transformation proche et imminente.   

Naru essayait de la rassurer en lui disant que si elle n’était pas sujette à un trop grand stress, il y avait des chances pour que ça soit retardé. Et au contraire, Kyogané disait que la proximité d’autres changeurs augmentait la rapidité des transformations.

Alors bon, entre l’un et l’autre…

-Eh attends Arisa, je sens quelque chose ?

-Euuuh… Un mélange de granny et de jus d’orange…

-J’te parlais pas de bouffe idiote !

-On se voit devant le self, à midi, d’accord ?

-OK !

Elle y mit de la bonne volonté, grand sourire à l’appui, mais… Ce n’était pas comme si elle allait entrer dans la compagnie des chamois sautillant, sa vie allait changer du tout au tout ! Et ça commençait déjà…

Surveiller constamment de ne pas contaminer quelqu’un en l’approchant de trop près, en la touchant… Elle comprenait pourquoi Arisa et Naru cherchait leur compagnie. Au moins entre elles, ce genre de soucis était épargné.

Mais leurs autres amies comprenaient mal qu’on les laisse de côté… Comme si elles les snobaient. Alors que tout était fait pour leur éviter d’avoir à subir le même sort.

Pour Asuka, c’était aussi de longues questions sans réponse sur sa forme animale… Elle avait bien quelques fantasmes comme devenir un oiseau pour pouvoir voir ce que ça faisait de voler… Mais elle pouvait tout aussi bien se retrouver sous la forme d’un pingouin ou d’un poulet…

Par curiosité et surement un peu de masochisme, elle avait ouvert un atlas animalier et s’était fait peur. Découvrir que les éponges de mers ou les sangsues étaient AUSSI classé en animal lui avait fait faire des cauchemars.

Arisa avait essayé de la rassurer en lui disant que si ELLE était un loup, alors elle ne pouvait pas être un ver ou un mollusque… Mais si par contre elle avait le mauvais gout de se transformer en araignée, amie ou pas, elle ne l’approcherait plus à moins de 10 mètres.

Elle avait dit ça pour essayer de la détendre… A moins qu’elle ne soit vraiment sérieuse… Quoiqu’il en soit, plus le temps passait, plus elle trouvait qu’elle avait tous les inconvénients de leur statut sans les avantages. Cela la mettait aussi à l’écart des déjà-transformés.  Comme elle ne savait pas encore ce que c’était d’être un animal, elle ne pouvait pas vraiment participer aux discussions et surtout pas les suivre dans leurs promenades nocturnes.

Elle poussa un soupir et continua son chemin jusqu’au gymnase pour le cours de sport. Evidemment, comme toujours en hiver, il s’agissait des cours d’athlétismes. Marrant comme tous les profs semblaient se faire un plaisir de les voir se cailler en survet, ça semblait leur donner une excuse légitime pour faire courir leurs élèves.

Asuka n’allait pourtant pas courir aujourd’hui car on la dirigea avec un groupe d’élève vers le lancer de poids et le saut en longueur pendant que d’autre s’entrainait au relais, à la course de vitesse ou d’endurance.

Le cours se passa du coup en discussion entre deux passages tout en piétinant pour avoir un peu chaud. Asuka lança par deux fois son poids et fit un score honorable.

Puis ils passèrent au saut en longueur. Ca elle craignait un peu plus. A la fois parce qu’elle avait l’impression d’avoir les muscles gelé et parce qu’elle en avait peu fait jusqu’ici.

Elle encouragea ses copines puis ce fit son tour de passer.

-Tu as bien vu comment ont fait les autres ? Trois enjambée et tu sautes, lui rappela la prof.

-C’est pas ma mémoire qui m’inquiète, c’est ma coordination défaillante, répliqua Asuka.

Après tout, qui d’autre qu’elle était capable de se prendre des lampadaires en marchant dans la rue ?

En se secouant pour chasser le froid, elle se lança.

Un, deux pas… Trois… Curieusement elle se sentait légère et elle rebondissait sur ses pieds comme s’ils étaient dotés de ressort.

A la fin de la troisième enjambé alors qu’elle touchait la planche de bois avant le bas de sable, elle donna une plus forte impulsion pour sauter et eu tout simplement l’impression de s’envoler. Comme si elle avait fait ça toute sa vie, ses muscles bandé se détendirent et elle trouva intuitivement la meilleure position pour franchir le sable et atterrir sur ses deux pieds sans se crasher comme tous les autres avant elle, en soulevant un nuage de sable.

La prof et la fille chargé de noter les positions faisaient des yeux ronds et avait presque la bouche ouverte, hébétée.

Asuka inconsciente de ce qui les faisait réagir ainsi se tourna et remarqua alors qu’elle avait dépassé tous les autres d’au moins une longueur d’homme.

-WOUAH…

La prof de sport secoua la tête et se dirigea pour vérifier la longueur et poussa un petit glapissement :

-Pour peu c’est presque un résultat de champion olympique…

CA c’était pas normal et Asuka sut immédiatement qu’elle avait fait une boulette. Elle bougea de sa place en vitesse :

-C’est surement à cause de mes baskets ! C’est un tout nouveau modèle, soit disant conçu pour améliorer les capacités, ergonomique et toussa…

Son professeur jeta un rapide coup d’œil sceptique sur les vieilles baskets décolorées d’Asuka qu’elle trainait depuis le collège.   

-IL FAUT QUE J’AILLE AU TOILETTE !!!Finit par se retrancher Asuka en disparaissant aussi vite qu’elle pouvait pour sécher le reste du cours.

Au moins, maintenant, elle savait qu’elle était une bestiole qui rebondissait bien…

 

 

immeublesbynight2tl3

(photo par BoraX)