***

-Je me demande pourquoi Mimiko nous a demandé de l’attendre ici, on caille ! Grommela Arisa en grattant une écharde de la table de bois où elle était assise avec Asuka et Naru.

Au beau milieu de la pelouse mouillée de la cour de leur lycée, cela faisait bien quinze minutes qu’elles attendaient. Soudain, elles virent leur amie approcher accompagné d’un garçon plutôt grand et roux.

Arisa aurait pût le confondre de loin avec Kyo, mais plus depuis qu’elle était louve. Elle aurait pût sentir l’odeur de Kyo de loin… Aaah l’odeur de Kyo….  Dériva-t-elle inconsciemment dans sa tête avec un pincement de cœur.

Puis ils furent assez près pour qu’elles entendent des bribes de discussion :

-Mais puisque je te dis que là-bas on s’embrasse pour se dire bonjour !

-Avec la langue ?

-Non, mais tu as ouvert la bouche comme si tu voulais que je le fasse !

-Non mais t’es gonflé !!!!

Mimiko, apparemment furieuse et gênée, s’arrêta soudain de parler à son vis-à-vis et stoppa devant leur table, l’air dépité.

-Bonjour ! Fit le garçon apparemment pas du tout perturbé.

-C’est qui ? Demanda aussitôt Asuka à la brune.

-Alec. Mon frère.

Il y eu un petit moment de silence où les têtes allèrent de façon systématique d’Alec à Mimiko de façon répétée. Puis Naru et Asuka se levèrent brusquement, les yeux ronds :

-MAIS DEPUIS QUAND T’AS UN FRERE ????????

-Longue histoire, résuma Mimiko qui n’avait pas envie d’entrer dans les détails avant de lâcher la mauvaise nouvelle : Et… Il a été contaminé…

Il y eut un nouveau silence. Puis quelqu’un se décida à lancer la question qui tue.

-Et comment ?

-Crois-moi Asuka, TU.NE.VEUX .PAS.SAVOIR ! Articula très clairement Mimiko d’un ton crispé.

-Bein merde alors… Du coup…Bein… bienvenue dans la meute ! Continua la jeune fille en se tournant vers Alec.

Celui-ci continuait de sourire comme s’il ne se faisait pas le moindre souci au sujet de tout ça. Comme s’il s’agissait d’une chose aussi bénigne que de se faire opérer des amygdales.  

-Tu lui as tout expliqué ? S’enquit Naru.

-Ouaip, en venant.

-Et tu n’es pas inquiet ?

-Non, pas du tout, affirma Alec. Je vois pas pourquoi je le serais, ça se passe plutôt bien pour vous, non ?

-Euh oui pour l’instant, temporisa Naru. Mais je veux dire : tu n’es pas un peu en colère au sujet de tout ce que tu ne pourras plus faire ? Tu sais ce n’est pas facile, il faut tout le temps se contrôler dans la foule, il faut faire attention à ne pas contaminer les autres et puis… Et puis.. Et puis il y a les histoires d’amour et toussa….  

Le roux jeta un bref regard à Mimiko et si celle-ci ne s’en rendit pas compte, étant de profil, les autres filles le virent bien.

-Baah, on verra bien et c’est plus comme si on échangeait des choses qu’on pouvait faire avant contre de nouvelles choses. En plus… Je ne vais pas être en colère, ce que j’ai fait était couillon, je peux m’en vouloir qu’à moi-même ! Termina-t-il d’un air gêné en passant un bras derrière sa tête.

-Oui, ça a aussi des bons côtés, se décida à dire Arisa, contente de ne pas se trouver avec un névrosé de plus.

-Alors… Commença le garçon en reprenant un air rieur. Tu es blonde, tu portes du noir, tu es sûrement Arisa, la louve.

-Bingo ! Approuva celle-ci.

-Donc toi, avec tes cheveux frisé, tu es Naru, la labrador et toi tu dois être logiquement Asuka.

-La sans-animal-fixe, comme toi ! Ajouta cette dernière. Comment tu sais tout ça, c’est Mi qui t’en a parlé ?

Il hocha de la tête.

-Au fait Mi ! Reprit joyeusement Asuka en se tournant vers elle et en montrant ses yeux. Comme Naru j’ai plus besoin de lunettes depuis trois jours ! Ca veut dire que je suis surement une bestiole qui saute bien et qui a une bonne vue !

Mimiko remarqua que son amie n’avait effectivement plus ses lunettes. Mais elle ignorait jusqu’ici que Naru ne mettait plus ses lentilles.

-Alors ça a aussi cette sorte d’effet sur notre corps… Hum… Qui saute bien ? Tu veux dire… Comme une grenouille ?

Le froncement de sourcil et le regard tueur d’Asuka lui fit dire qu’elle n’aimait pas beaucoup cette idée.

-Dis le que ça t’amuse de me torturer ! Bouda-t-elle en croisant les bras, répondant au petit sourire en coin de la brune.

-Mais j’y pense ! Intervint Naru qui fixait attentivement Alec depuis tout à l’heure. Ca veut dire qu’on va finalement avoir un garçon dans notre meute !  

-Oui, comme ça, ça nous évitera t’entendre Kyogane dire encore : « Il vous faut un mâle pour vous protéger pauvre petite femelle que vous êtes », fit Asuka en prenant une grosse voix grave qui les firent tous rire.

-Et en plus, ça veut dire que Mimiko ne sera plus toute seule dans son lycée, c’est rassurant.

-Meuh Naru, j’étais capable de me débrouiller toute seule… Maugréa Mimiko.

-Et on aura plus besoin de Kyo non plus ! Réalisa Asuka.

Arisa sursauta légèrement et ne pût s’empêcher de lancer un bref regard mauvais à Asuka.

Comment ça « plus besoin de Kyo » ??? Mais elle n’était pas d’accord du tout ! Elle ne voyait pas pourquoi elle ferait plus confiance à ce rouquin venu d’on ne sait où qu’à Kyo qu’elle commençait à connaitre… Du moins tant qu’il l’avait laissé faire…

Elle voulait encore le revoir.

Et d’autres pensées moins avouables qui se bousculaient dans sa tête et qu’elle cherchait à faire sortir de son esprit tellement c’était… C’était pas possible.

Elle entendit à peine la discussion qui continuait à côté :

-Ouais, faut-il encore qu’il se transforme pas en canard, disait Mimiko.

-Pourquoi un canard ? Demanda Asuka.

-Mais non je vais pas me transformer en canard, répliqua Alec qui semblait un peu vexé.

-Il pourrait devenir notre chef de meute, ajouta Naru, pragmatique.

-Plutôt m’exiler dans les Pyrénées, la prévint Mimiko.

-Pourquoi les Pyrénées ????

-Longue histoire Alec, fit Asuka en posant une main compatissante sur une de ses épaules.

-… Et qu’est-ce que tu en pense Arisa ? Arisa ? WOUHOUUUU ARISAAAA !!!!

La blonde sursauta alors, reconnectant avec le monde extérieur.

-Euh… J’ai froid ? Lança t’elle tout-a-trac.

 Mieux que leur hurler dessus « ON GARDE KYO !!!! ».

-Elle a raison, on discutera de ça une autre fois au chaud, approuva Mimiko avant de se tourner vers Alec : Tu habites où au fait ?

-Papa me paie un appart à Toulouse. J’y suis depuis novembre.

-Je savais que tu étais revenu, mais je n’ai pas reçu de lettres de toi…

Alec eut un petit sourire contrit.

-Bein tu sais, depuis ce qui s’est passé avec ta mère, je préfère éviter.

-C’est Umiko qui t’as balancé, maugréa-t-elle.

Alec leva les yeux au ciel sans avoir l’air fâché et poussa un petit soupir.

-Je peux pas en vouloir à notre petite sœur, après tout, c’est pas comme toi et moi, on n’est pas très proche et pour elle, je suis juste une raison du divorce.

-C’est pas une raison.

-J’espère juste qu’un jour on aura l’occasion de se réconcilier. Bon, je rentre. On se voit demain en cours ? Après tout je n’ai pas saoulé notre père pour rien jusqu’à ce qu’il accepte de m’inscrire dans le même lycée que toi ! Termina-t-il en riant avant de prendre le chemin de la gare.

-Il est sympa, affirma Asuka en se levant à son tour. Mais ça a l‘air plutôt compliqué vos histoires de famille.

Mimiko haussa des épaules.

-Certains squelettes sont plus gros et plus visible que d’autre, c’est tout.

-Des squelettes ? Fit Arisa en se tournant vers Naru alors que les deux autres partaient déjà.

-Je crois qu’elle voulait parler de squelette dans les placards… Tu n’es pas très attentive ces derniers temps, il y a quelque chose qui te chagrine ?

-Oh… Fit Arisa en évitant son regard. Tu sais… Faut que j’améliore mes notes pour ce second trimestre, mes parents sont en colère contre moi à cause de mes mauvaises notes du premier qu’ils mettent sur le compte de mes nombreux découchages…

Ce n’était pas vraiment un mensonge, puisque c’était la vérité, mais ça lui permettait de cacher une plus grosse vérité encore.

C’était que privée de la « chasse », ne possédant que des souvenirs obsédant d’odeurs, de sensations, de sons et d’images, elle était en train de tomber amoureuse.

***