**

-Nooon j’hallucine, tu crois que c’est lui, le fameux « Kyo » ?!? Conjectura Isaka de derrière le poteau où elle et Shinobu se tenaient pour espionner.

-Je suis jalouse, il est trop beau… Maugréa Shinobu. Où elle a bien pût le trouver ?

-Il est pas du lycée, hein ? On l’aurait remarqué s’il y avait un garçon comme ça au lycée.

-C’est clair, il serait passé direct number one devant « l’Etre Suprême ».

-Du coup, on doit l’appeler comment celui là ? « L’Etre Divin » ?

-« Le petit copain d’Arisa », rectifia Shinobu avec un grand soupir exagéré. N’empêche qu’elle nous a bien caché son jeu…

Isaka hocha gravement de la tête.

-Entre ça et les cachotteries de Asuka et Naru… Je ne sais plus quoi penser. Qu’est ce qu’on a fait pour être rejeté du cercle des confidences ?

-Je n’en ai pas la moindre idée, mais franchement… Ca me rend un peu malade. Je pensais qu’on était amies. Et voila que pouf, on passe au lycée et on se fait ignorer royalement…

Isaka prit la main de Shinobu pour la consoler.

-Hey, darling, je suis là moi.

-Heureusement.

-Et on a rien fait de mal. Sinon on s’en souviendrait.

Alors qu’elles allaient s’asseoir sur un rebord de béton, le « beau gosse copain d’Arisa » passa prés d’elles et mue à la fois par réflex et désir de vérité, Isaka trouva le courage de l’arrêter par la manche.

Il se retourna d’un air étonné et Isaka prit malgré elle une teinte de coquelicot.

-Heu bonjour… Dit… ?

-Oui ?

Il regarda alors Shinobu qui rejoignait timidement Isaka.

-On est des amies d’Arisa.

Devant cette présentation, il leur adressa un grand sourire chaleureux qui manqua de les achever toutes les deux d’un coup.

-Ah oui ?

-Oui je… euh… je suis…

Allons bon, voila qu’elle perdait tous ses mots. Isaka avait envie de se donner une paire de claque pour se reprendre.

-Je suis Isaka et voila Shinobu, arriva t’elle à terminer dans un souffle. Et toi, tu es Kyo, non ?

Le roux cligna des yeux :

-Je devrais ? Non, je m’appelle Alec, qui est donc ce Kyo ?

Les deux jeunes filles se regardèrent d’un air dépité. La hoooonnnnnte. Arrêter un garçon qui n’était même pas celui qu’elles croyaient.

-Ah… Bein on pensait que c’est le petit ami de Arisa… expliqua Isaka en regardant à droite et à gauche, un peu embêtée.

S’il était le vrai petit ami d’Arisa, il n’allait pas aimer savoir que sa copine appelait souvent un autre garçon…  

-Son petit ami ? Je ne savais pas qu’elle en avait un…

Shinobu et Isaka le regardèrent, perplexe. Finalement « beau gosse » ne semblait pas être casé avec leur amie. Hmm, c’était bon à savoir.

-Bein en fait, on se demande si ce serait pas une histoire compliquée… Elle a l’air tellement triste depuis quelques temps… Fit Shinobu.

-Comme du genre : un amour unilatéral ? Demanda Alec qui s’était rapproché des deux autres filles, un petit sourire aux lèvres.

Sans s’en rendre compte, les adolescentes se détendirent aussi et tous les trois se mirent à papoter comme des commères.

Un autre talent d’Alec dans le genre…

Il était à la fois très curieux de connaitre les vies de ses nouvelles amies et se prenaient vite au jeu. Un amour empêché, voila un sujet qu’il connaissait très bien ! Si seulement ils avaient plus d’indication sur ce fameux Kyo !

-Tu es le frère de Mimiko ???? S’étonnèrent Isaka et Shinobu. Bon sang, tu ne lui ressemble pas du tout !

-Mais si, on a le même nez, avec les mêmes tâches de rousseurs dessus ! Et la même couleur de yeux !

Apprenant cela, les deux jeunes filles lui parlèrent aussi de l’éloignement de leurs amies et leur tristesse à ce sujet. Alec comprit immédiatement que c’était une conséquence de leur transformation en changeuses, mais il s’étonnait de leur besoin de s’éloigner d’aussi gentilles filles. Après tout, tant qu’elles faisaient attention, il n’y avait aucun risque, non ?

Par affiliation, il se demanda si le problème amoureux de Arisa n’était pas aussi lié à tout ça.

-Je demanderais à Mio ce qu’elle sait de ce Kyo, affirma Alec, et alors on élaborera un plan d’attaque !

-Un plan d’attaque ?

-Oh oui un plan d’attaque ! Approuva Isaka en se retenant d’applaudir de joie.

-On échange nos numéros de portable ? Demanda Alec en sortant le sien. Je vous tiendrais au courant.

Et ainsi, en moins de trente minutes, Isaka, Shinobu et Alec étaient devenus les meilleurs amis du monde… et les pires complices inimaginables.

Quand les jeunes filles s’en rendirent compte, quelques heures plus tard, comme s’il fallait un temps au charme alecien pour s’effacer,  elles se regardèrent d’un air halluciné.

Le canon, le beau gosse, était dans leur téléphone !!!

Un concert de cri hystérique suivit cette révélation tardive.

***

-Kyo ? C’est un changeur, répondit Mimiko en balançant nonchalamment ses chevilles sous sa chaise tout en lisant un manga.

Il se tenait assis à table face à elle, occupé à engloutir à lui tout seul trois croissants, alors que Sumomo fumait sa cigarette un peu plus loin dans le froid du patio.

C’était la pause de midi, et après avoir mangé (enfin… La pause repas semblait ne pas être terminé pour certains…) et été cherché leurs cartons à dessin, ils s’étaient installés à la cafeteria.

-Ah c’est bien ce qu’il me semblait, approuva Alec en hochant la tête d’un air satisfait. Et c’est quoi le problème ?

-Parce qu’il y a un problème avec lui ?

-Pourquoi il fait pas parti de la bande ?

-Parce qu’il le voulait pas et tant mieux d’ailleurs.

-Pourquoi ?

-Parce que… Je sais pas. Ya assez de garçons dans la meute, finit-elle par répondre d’un air agacé.

-Rhooo Mio…  

Sa petite Mio qui n’aimait pas les garçons… Il la trouvait adorable.

-Arisa est amoureuse de lui, lui apprit-il en finissant son premier croissant.

Elle ne réagit pas immédiatement, puis ferma son manga d’un air halluciné :

-Non, tu rigole !

-Est-ce que j’ai une tête à rigoler ?

-Mais… non… tu dis n’importe quoi… On l’a vu qu’une fois ce type ! Et il était super désagréable ! Franchement, je n’ai pas compris pourquoi Kyogané nous a demandé de l’avoir dans nos contacts.

-AH AH ! Ce n’est pas parce que TOI tu ne l’as jamais appelé qu’ELLE ne l’a pas fait ! La contra Alec en brandissant sa prochaine viennoiserie dans sa direction.

Mimiko regarda le croissant s’agiter sous son nez et fit mine d’en croquer un bout pour qu’il le retire, avant d’avancer son ultime argument :

-Et puis… ARISA quoi !

-Quoi « ARISA » ? C’est aussi une fille, comme toi, avec des lèvres, des seins, des…

-Inutile de continuer l’énumération, le coupa sèchement la brune.

-Quoi ? Tu ne vas pas m’en vouloir parce que j’ai remarqué qu’elle avait une poitrine ? Si tu veux savoir, la tienne est plus gross…

Il se prit le manga en pleine figure.

Sumomo arriva pile poil sur cet entrefaite:

-Vous savez que parfois vous ressemblez à un vieux couple ?

-Il m’embêtêêe, expliqua Mimiko avec une moue boudeuse.

-C’est à ça que serve les frères, répondit Sumomo en lui tapotant la tête avant de regarder le roux et de faire la grimace : Tu peux m’expliquer où va toute la graisse que tu enfournes à longueur de journée ?

-Mystère… Marmonna Mimiko en regardant elle aussi le garçon grand et fin.

Alec haussa les épaules :

-Je sais pas, je m’en suis jamais préoccupé.

-C’est sacrément injuste…

Il haussa à nouveau les épaules, impuissant et attaqua son troisième croissant sans aucune honte.

Mimiko récupéra son manga sur la table et le rangea dans son sac. Au passage elle regarda son carton à dessin et poussa un petit soupir :

-Mo, tu as pût avancer ton projet d’art-pla ?

La fausse rousse hocha de la tête en s’asseyant à côté d’elle :

-Oui, j’ai presque fini, et toi ?

-Oh moi, pas du tout. Je suis pas du TOUT inspirée ! Je suis en train de développer une haine viscérale pour l’acrylique !

-Et toi Alec ?

Le garçon mâcha vivement et s’empressa d’avaler sa bouchée :

-Oh ça va, moi j’ai réussi à tourner ça d’une façon qui m’arrange, et je suis sur que ça va plaire au prof !

-De toute façon le prof t’adore déjà… Gémit Mimiko en enfouissant son visage dans ses bras pour se cacher.

-Oui, c’est un peu agaçant d’ailleurs, ajouta Sumomo pince sans rire qui n’arrivait pas à cacher sa jalousie.

-Moi j’ai juste droit à son petit regard narquois et son ton condescendant comme s’il parlait à une gamine qui allait se mettre à pleurer d’un instant à un autre ! Ajouta Mimiko toujours dans ses bras.

-Mais noooon… Temporisa Alec. Tenez, regardez.

Le roux prit son carton à dessin sur ses genoux et en sortie une grande photo qu’il avait commencé à recouvrir de peinture.

Les deux filles devant lui firent de grands yeux effarés en voyant qu’il s’agissait d’une photo de lui, languissamment couché sur son canapé, et très probablement originellement nu sans la peinture qui recouvrait en partie le bas de son corps.

-En fait, lâcha Sumomo, je crois que tu flattes sans le savoir la part narcissique du prof…

-Une photo de toi… hallucinait toujours Mimiko qui était à court de mot.

-Oh, je la trouvais pourtant réussite moi, grommela Alec en la retournant vers lui.

-Et de l’autocongratulation en plus… Agonisa Mimiko sur sa chaise. Mais qu’est ce que je fais avec vous deux moi ????

**