***

Le début de la semaine était toujours déprimant, surtout au second trimestre. En tout cas c’était ce que leur disait souvent Mimiko. Pourtant, aujourd’hui, Sumomo et ses autres amies la trouvait inhabituellement gaie. Surtout par rapport à ces derniers jours.

-Qu’est ce qui s’est passé ce week-end ? Demanda sa camarade de table qui aujourd’hui arborait une teinte de cheveux roux fluo au lieu de son habituel châtain clair.

-Rien, j’étais chez mes grands-parents, répondit Mimiko en sortant ses affaires de cours.

-Bon… Vu que tu avais l’air toute gai, je me suis dit que c’était peut-être à cause d’un garçon… Non ?

La brune lui renvoya un regard mi vexé.

-Tu commences à me connaitre, non… Je ne suis pas vraiment attiré par les garçons…

-Attention, ce que tu dis pourrait faire penser que tu t’intéresses aux filles. Non pas que ça me gêne, mais… Répliqua Sumomo avec un sourire taquin.

-Maieuuuuh !!! Tu t’amuses toujours à déformer ce que je dis !!!

-Parce que c’est amusant, tu réagis toujours !

-Sumomo…

-Bon ok, j’arrête ! Finit par capituler la jeune fille devant le regard noir de son amie.

En plus, leur professeur de français venait d’entrer dans la salle à son tour. Celle-ci mit en ordre ses notes, puis attira l’attention de ses élèves.

-Bonjour tout le monde, on ne va pas commencer de suite par l’appel car je vais d’abord vous présenter un nouvel élève qui va rejoindre la classe. Il vient des Etats-Unis mais il parle très bien français à ce que j’ai pût en entendre, ainsi il n’aura pas trop de mal à s’intégrer…

Elle tourna la tête vers la porte :

-Rentre donc !

Passant vite sur le fait qu’elle ait parlé d’UN nouvel élève, donc d’un garçon, ce qui était une denrée rare dans leur classe d’option d’art plastique et faisait s’enthousiasmer d’avance le reste des filles, Mimiko ne porta qu’un bref regard sur l’entrée du nouvel arrivant.

Mais aussitôt qu’elle l’aperçut, elle manqua de s’étrangler.

De haute stature, d’un corps bien proportionné, sans jambes ou torses trop longs, la peau légèrement mate comme la sienne, les cheveux coupés courts d’un roux qui tournait vers le brun, dont quelques mèches venaient s’attarder devant son regard aussi brun que le sien, mais illuminé d’une étincelle de malice, un nez légèrement retroussé, comme elle et des lèvres pleines semblant contenir toujours un sourire…

-ALEC !!!!! S’exclama Mimiko en bondissant littéralement de sa chaise, les yeux arrondis de stupeur, oubliant totalement où elle se trouvait et n’osant pas croire qu’il se tenait vraiment devant elle.

Alec, son demi-frère !

Lui aussi avait aussitôt tourné son attention sur elle et il la regardait d’abord silencieusement, un grand sourire chaleureux sur ses lèvres.

-Oui, ça fait longtemps Mio, finit-il par dire doucement en utilisant le petit surnom qu’il utilisait quand ils étaient plus jeunes.

Il était le seul à l’appeler comme ça et elle avait envie de pleurer de joie et de sauter dans ses bras.

Le raclement de gorge de sa prof lui fit reprendre contact avec le présent et rouge de honte en constatant tous les regards scrutateur tournés vers elle, elle se rassit immédiatement.

-Bien, notre nouvel arrivé s’appelle effectivement Alec, reprit l’enseignante. Alec Laroche, comme votre camarade de classe.

Puis se tournant vers lui :

-Tu peux t’assoir à une place vide. Vous aurez tout le temps de faire connaissance à la pause, je vais maintenant commencer à faire l’appel puis vous sortirez le commentaire de texte que je vous avais demandé de faire…  

Mimiko regretta que les places vides soient si loin d’elle, mais elle avait la manie de se mettre toujours dans les premiers rangs.  

Alors que la prof faisait l’appel, Mizuki, une de ses amies, une jolie fille aux longs cheveux raides et noires et à la peau blanche comme si elle était une espèce de réincarnation de Blanche-Neige, et qui était assise un rang derrière elle, se pencha sur sa table pour lui tirer le pull au niveau du coude et attirer son attention.

-Dis, ce garçon super mignon est de ta famille ?

Sumomo semblait vouloir aussi entendre la réponse puisqu’elle se tourna vers elle après avoir répondu à l’appel de son nom.

Mimiko se contenta d’un bref hochement de tête, tout en se retenant de ne pas rougir et de ne pas s’énerver en apprenant que ses copines le trouvait mignon.

Evidemment qu’il était mignon ! Il l’avait toujours été !

Mais elle aurait aimé être la seule à le savoir.

Elle ne pût s’empêcher de grogner de mécontentement en voyant que toutes les autres filles de la classe avaient les yeux rivés sur lui.

*A moi ! Il est à moi !!!! C’est MON Alec !!!* Songea-t-elle un instant avant de s’en rendre compte.

S’ébrouant autant mentalement que physiquement, elle se força à détacher elle aussi ses yeux de lui et à regarder le tableau.

Il ne pouvait pas être à elle puisque c’était son frère… Et peu importe ce qui s’était passé quand ils étaient enfants. Maintenant ils ne l’étaient plus et même si elle était extrêmement heureuse de le revoir, il fallait qu’elle se contrôle et se force à le voir comme un membre de sa famille.

*Plus facile à dire qu’à faire…*

Du coup, entre ses ruminements intérieur et les chuchotis des filles autour d’elle, les deux heures de cours semblèrent passer à une vitesse exaspéramment longue.

Finalement, et elle s’était fait tarder, la sonnerie de fin de cours finit enfin par sonner. Déterminée, elle rangea rapidement ses affaires pour pouvoir rejoindre le jeune homme, mais à peine se retourna t’elle vers lui, qu’elle ne pût le voir tellement il était noyé par une masse de fille.

Un peu déçu, mais pas autant que Mizuki qui essaya quand même d’approcher, mais qui fut rejetée en arrière, elle quitta la pièce en se disant qu’elle aurait d’autres occasions.

-Elles exagèrent ! Grommela Mizuki en la rejoignant, elles pourraient laisser tout le monde le saluer…

Mimiko la considéra alors que Sumomo lui expliquait que les autres filles devaient être apparemment en manque de chair fraiche.

-Tu n’es pas attiré par lui toi ?

-C’est pas trop mon genre, répliqua Sumomo. Il fait trop gamin. Moi je les préfère plus âgés.

-C’est un peu dangereux de fréquenter des étudiants, la reprit Mimiko.

-Mais nooon !

-Si… Et je me fais du souci pour toi. Entre l’alcool, la drogue et je ne sais quoi…

-Roooh c’est trop mimi-ko ! Tu te fais du souci pour moi ! Tiens, d’ailleurs, en parlant de ça, je vais aller m’en fumer une dehors…

Evitant le regard réprobateur de la brune, Sumomo s’enfuit vers les coursives qui se trouvaient à chaque étage, la laissant avec Mizuki.

Celle-ci la regardait avec des yeux pleins d’espoir.

-Quoi ?

-Dis, tu me le présenteras !

-Qui ? L’imbécile copain étudiant de Sumomo ?

-Mais non ALEC ! Qu’est ce que j’en ai à faire du copain de Sumomo !!!

Mimiko n’eut pas le temps de répondre car la jeune fille la laissa alors pour retrouver leurs autres amies et elle ne la suivit pas. Elle avait besoin de calme et pas du brouhaha ambiant des halls de chaque étage où se regroupaient les lycéens car là se trouvait l’escalier central et les toilettes. Accessoirement aussi, la vie scolaire et le panneau des associations où se trouvaient épinglés toutes les nombreuses activités qu’ils organisaient, du concours de costume d’Halloween au bal de Noël en passant par les concerts des divers groupes.

Il y avait de nombreux autres endroits où se retrouver pendant les pauses : la cour ouverte du dernier étage, les coursives et la cafétéria au rez-de-chaussée où si l’on n’y arrivait pas trop tard on pouvait acheter à moindre coûts des viennoiseries.

Mimiko qui cherchait à éviter tout ce monde se rendit au troisième étage, l’étage des disciplines scientifiques où il n’y avait jamais beaucoup de personnes à part quelques bûcheurs.

Traversant le couloir, elle se casa dans un cul de sac où se trouvait une fenêtre encrassée de poussière et se mit à faussement regarder à travers, laissant en réalité son esprit s’évader sur tous les sentiments qu’elle devait s’efforcer de discipliner.

Son instinct de changeuse la prévint cependant qu’elle n’était plus seule et alors qu’elle entendait le bruit de pas s’approcher d’elle, elle se retourna pour faire face à l’intrus et lui donner envie de faire marche arrière.

Mais à la place de ça la personne accéléra et avant qu’elle n’ait pût comprendre ce qui se passait, se retenant d’envoyer un coup à un pauvre lycéen, elle se retrouva soulevée de terre et des lèvres vinrent de poser sur les siennes.

C’était Alec ! Et il était en train de l’embrasser !!!!

C’est sans doute parce que son cerveau grilla complétement à cette constatation qu’elle ne le repoussa pas immédiatement et que stupéfaite, elle ouvrit de grands yeux et entrouvrit la bouche comme pour dire quelque chose.

Lui permettant ainsi d’y passer la langue…

Hormis le fait que c’était son premier baiser et aussi son premier french kiss, et qu’elle trouva ça très bizarre comme sensation, elle se rendit compte alors de l’horreur de son manque de réaction et le repoussa vivement.

-Tu m’as manqué Mio ! Se contenta-t-il de dire tout sourire tandis qu’elle se tenait la bouche en lui lançant un regard halluciné tout en l’abreuvant intérieurement d’insultes.

*Oh le con ! Mais quel con !!!*

Ce crétin venait de se contaminer tout seul !!!

Non, décidemment, les débuts de semaine, ce n’était vraiment pas son fort…